Les propos des généraux russes sur les Arméniens

Les propos des généraux russes sur les Arméniens

 

Le diplomate et consul russe en Turquie dans les années 1895-1913, le major général Vladimir Maïevski, écrivait dans son rapport « La description militaire et statistique des provinces Bitlis et Van », envoyé à Saint-Pétersbourg : « Il fallait montrer à l'Europe que les Arméniens étaient soumis à l'oppression et au génocide dans l'Empire ottoman. En fait, ce n'était pas un génocide, mais une légende politique délibérément fabriquée. S'il faut dire la vérité, les auteurs du massacre à l'Est ne sont pas des musulmans, mais des Arméniens. Ils ont ensuite attribué les atrocités commises par eux aux Turcs. »

https://www.kitapyurdu.com/kitap/20-yuzyil-donemecinde-rus-general-mayevskinin-turkiye-gozlemleri/416593.html

 

L’extrait du rapport du lieutenant général Griaznov sur les massacres commis par les Arméniens dans la province d'Erzincan en 1915 : « Les cadavres poignardés, les parties de corps mutilées et les organes internes démembrés des villageois musulmans étaient éparpillés sur les routes... La plupart étaient des femmes et des enfants ! Ils ont creusé des puits profonds, ont tué des gens sans défense comme des animaux et les ont jetés un par un dans les puits. »

D'après la lettre envoyée à Saint-Pétersbourg par le général Ilia Odichelidzé, commandant de l'armée russe d'origine géorgienne, qui a attaqué les terres ottomanes dans les premiers jours de la Première Guerre mondiale : « Dans la nuit du 11 au 12 mars, des bourreaux arméniens ont tué les musulmans avec des baïonnettes et des haches dans les environs d'Erzincan. Ces sauvages jetaient leurs victimes dans les tranchées qu'ils avaient creusées pour exécuter leurs plans familiers. 80 musulmans ont été jetés dans chaque fosse. Mon assistant a dénombré 200 tranchées de ce type ».

https://olke.az/read/88069/ermeni-yalanlarinin-ifsasi-qondarma-ermeni-soyqirimi-haqqinda-dovrun-sahidleri-neler-yazmisdilar-88069/#!

 

La base de cette stratégie destructrice, des revendications territoriales contre l'Azerbaïdjan et les Azerbaïdjanais a été posée en 1918 par le fondateur de la Russie bolchevique, Vladimir Ilitch Lénine. Lénine a ordonné au général Ter-Gabrielian de partir pour Bakou pour s'assurer que Bakou resterait dans le processus de soviétisation et serait entre les mains de la Russie bolchevique, et même si cela n'était pas possible, il a donné des instructions : « Dites à Ter-Petrossian encore une fois, qu’il prépare tout pour l'incendie complet de Bakou lors de l'attaque… » Le télégramme de réponse de Ter-Gabrielian n’a pas tarda à arriver : « Tout est prêt. »

La lettre de Ter-Gabrielian au Centre contient de nombreux faits qui reflètent la réalité : « Il n'y a aucun obstacle à l'établissement du pouvoir soviétique à Bakou. Les massacres arméno-azerbaïdjanais sont en cours ici. Ces massacres ont été initiés et se poursuivent par les Arméniens. »

https://azertag.az/xeber/Baki_nefti_ve_onun_Azerbaycan_Xalq_Cumhuriyyetinin_siyasi_taleyindeki_rolu-1219885

 

AUTRES ARTICLES

  • « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre de Dnipro « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre de Dnipro

     

    Le IVe Festival international du livre de Dnipro (« Dnepr Book Space ») a accueilli une présentation du livre « Leyli et Madjnun » du grand poète azerbaïdjanais Nizami Gandjavi, publié en Ukraine cette année.

     

  • « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre

    À l'occasion du 880e anniversaire du grand poète azerbaïdjanais Nizami Gandjavi, la présentation du livre « Leyli et Madjnun », publié en ukrainien en Ukraine cette année, a eu lieu au Festival international du livre de Kiev (« Kyiv Book Art Fest »).

  • L’œuvre de Nizami Gandjavi sur le portail littéraire géorgien L’œuvre de Nizami Gandjavi sur le portail littéraire géorgien

    Le populaire portail littéraire géorgien « Iverioni » a publié les informations sur le livre « Leyli et Madjnun » et la préface de ce livre. Le livre a été publié en géorgien, à Tbilissi, dans le cadre de l' « Année Nizami Ganjavi » en Azerbaïdjan.