Les églises albanaises – les anciennes traces de notre histoire

Les églises albanaises – les anciennes traces de notre histoire

 

Le Centre de Traduction d'État d’Azerbaïdjan a préparé un documentaire vidéo intitulé « Les églises albanaises – les anciennes traces de notre histoire », qui raconte l'histoire ancienne des Albanais qui ont vécu pendant des siècles dans les territoires azerbaïdjanais contemporains, la cohabitation avec les Turcs azerbaïdjanais et la culture commune, la falsification de l’histoire de l'Église apostolique albanaise qui a été subordonnée à l'Église grégorienne arménienne par le décret du 11 mars 1836 de l'empereur russe Nicolas Ier. Le documentaire vidéo qui sera diffusé en anglais, russe, turc, persan, arabe, géorgien, français, ukrainien, espagnol et allemand sur le réseau internet mondial, a été envoyé aux ambassades et missions étrangères accréditées en Azerbaïdjan et aux principaux médias mondiaux.

 Les églises albanaises – les anciennes traces de notre histoire

  L'Albanie caucasienne qui a toujours attiré l'attention des historiens du monde par son histoire, sa culture et ses monuments anciens, est l'un des premiers pays où le christianisme s'est répandu dans le monde. Selon les sources historiques, l'arrivée de missionnaires chrétiens de Jérusalem et de Syrie sur ces territoires au 1er siècle après Jésus-Christ, a conduit à la formation des premières communautés chrétiennes ici.

  Dans ces sources, contrairement à l'Église arménienne grégorienne, il a été déterminé que l'histoire de l'Église apostolique albanaise remonte à l'Église de Jérusalem, et plus tard au patriarcat de Jérusalem. Des informations plus détaillées à ce sujet sont données dans le livre « Histoire du pays d’Albanie » écrit par le célèbre historien albanais Moïse Kaghankatvatsi, sur instruction du roi albanais Djavanchir. Le livre déclare que saint Elisée, le disciple de l'apôtre Thaddée, tout en construisant le temple de Kich à Cheki, l’une des anciennes provinces albanaises, a dit : « C'est notre centre spirituel, notre premier lieu d’où nous recevons l'illumination. » Le livre déclare également qu'Elysée, le premier propagateur du christianisme en Albanie, a été tué et enterré près de la ville de Cheki. La propagation du christianisme en Albanie caucasienne bien avant le concept d'Arménie, se reflète également dans une des lettres du Catholicos arménien Abraham aux Albanais : « Le trône du patriarcat albanais qui est plus ancien que le nôtre, était, par le passé, en accord avec nous (les Arméniens). »

  Selon les recherches sur l'Albanie caucasienne, il y avait 12 diocèses dans ces territoires aux Ve-VIIIe siècles : Kabalaka (Gabala), Gachua, Ieuta, Amaras, Tsri, Balasakan (Cheki), Girdiman, Mets-Kogmank, Mets-Irank, Haband, Partav (Barda) et Gandjasar (Kalbadjar). En 552, après que le Saint-Père Abbas, le chef de l'Église albanaise déménage sa résidence de Tchola à Barda, l'église de Barda devient un grand monastère.

  Les tentatives d'arménianisation des églises albanaises se retrouvent également dans les recherches scientifiques de nombreux historiens de renommée mondiale.

  Selon le décret du 11 mars 1836 de l'empereur Nicolas Ier et le Règlement du 10 avril 1836 du Sénat russe, l'Église apostolique albanaise a été subordonnée à l'Église grégorienne arménienne. Cela met fin à l'indépendance de l'Église albanaise.

  Selon le professeur Ilia Pavlovitch Petrouchevski (1898–1977), l’éminent historien russe et l'un des chercheurs les plus célèbres de l'histoire de l'ancien Caucase, qui s’appuyait sur les faits dans ses recherches, les Arméniens ont réalisé tout au long de l’histoire la politique d'arménianisation des territoires albanais et ont présenté l’Eglise albanaise comme « l’Eglise arménienne. » Selon lui, les monuments historiques du Karabagh n'ont jamais appartenu à la culture arménienne.

  L’historien arménien bien connu Nikolas Adontz (1871–1942) a déclaré dans ses recherches que la population arménienne n'avait jamais eu aucune influence dans la partie montagneuse du Karabagh.

  Le célèbre orientaliste, l'académicien Ziya Bunyadov, tout en étudiant les travaux de l'historien arabe du VIIe siècle, rencontre un fait historique intéressant. Avant l'invasion de l'Albanie caucasienne, le calife Muawiya (661–680) a ordonné à al-Djurhumi de découvrir les tribus vivant dans ce pays et de recueillir des renseignements militaires. On découvre que les Turcs sont majoritaires dans ces territoires et la langue turque est une langue de communication commune entre les tribus.

  De nombreuses sources étudiant l'histoire de l'Albanie caucasienne affirment que le lieu de résidence du Catholicos albanais était situé dans le monastère de Tchola à Derbent aux IVe-Ve siècles, puis dans le monastère de Barda aux VIe-VIIe siècles, dans le monastère du saint Elysée à Aghdara aux VIIIe-IXe siècles, dans le monastère Khudavang de Kalbadjar aux Xe-XVe siècles, dans le monastère de Gandjasar aux XVe-XIXe siècles.

  L'archéologie, l'ethnographie et l'anthropologie considèrent que les Albanais ont joué un rôle important dans la formation et l'ethnogenèse du peuple azerbaïdjanais. Le héros principal de la célèbre épopée azerbaïdjanaise « Livre de Dede Korkut », « le chef du peuple Oghuz » Galin Oghouz, ainsi que l’appui des héros Salur Gazan sont présentés comme « un chef des Albanais » (chapitre II).

  Les documents historiques indiquent que les ancêtres du peuple azerbaïdjanais se sont convertis au christianisme dans les temps anciens et, bien sûr, ils pratiquaient ses cultes dans les temples, les églises et les monastères dont les noms sont encore préservés dans les terres oghouzes, dans les terres historiques albanaises de l’Azerbaïdjan.

  De nombreux temples chrétiens albanais ont été préservés en Azerbaïdjan pendant des milliers d'années - Kich (Cheki), Khudavang, Gandjasar (Kalbadjar), Gurmuk, Lakit, Gum (Gakh), Avey (Gazakh), Tchotari (Gabala) et d’autres. Ces temples sont toujours visités par notre peuple en tant que lieu de culte sacré, sont protégés et préservés par l'État azerbaïdjanais.

AUTRES ARTICLES

  • « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre de Dnipro « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre de Dnipro

     

    Le IVe Festival international du livre de Dnipro (« Dnepr Book Space ») a accueilli une présentation du livre « Leyli et Madjnun » du grand poète azerbaïdjanais Nizami Gandjavi, publié en Ukraine cette année.

     

  • « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre

    À l'occasion du 880e anniversaire du grand poète azerbaïdjanais Nizami Gandjavi, la présentation du livre « Leyli et Madjnun », publié en ukrainien en Ukraine cette année, a eu lieu au Festival international du livre de Kiev (« Kyiv Book Art Fest »).

  • L’œuvre de Nizami Gandjavi sur le portail littéraire géorgien L’œuvre de Nizami Gandjavi sur le portail littéraire géorgien

    Le populaire portail littéraire géorgien « Iverioni » a publié les informations sur le livre « Leyli et Madjnun » et la préface de ce livre. Le livre a été publié en géorgien, à Tbilissi, dans le cadre de l' « Année Nizami Ganjavi » en Azerbaïdjan.