La journée de deuil et d'honneur du peuple azerbaïdjanais – le 20 Janvier

La journée de deuil et d'honneur du peuple azerbaïdjanais – le 20 Janvier

31 ans se sont écoulés depuis la tragédie du 20 janvier, qui est à jamais gravée dans la mémoire du peuple azerbaïdjanais comme Janvier sanglant.

  Dans la nuit du 19 au 20 janvier 1990, à 23h30, les troupes des Forces armées soviétiques se sont emparés, sans avertissement, la capitale, Bakou, 147 civils ont été tués, 638 personnes ont été blessées et 841 personnes ont été arrêtés illégalement, des centaines de personnes ont été torturées. Les massacres sanglants et les pillages de biens commis à Bakou à cette époque ont également été perpétrés dans de nombreuses régions et villes du pays. Parmi les personnes tuées, outre les Azerbaïdjanais, se trouvaient 6 Russes, 3 Juifs, 3 Tatars, des enfants, des personnes âgées, des femmes...

  Le but principal de cet acte d'agression impitoyable préparé par l'Empire soviétique était d'étouffer l'esprit de libération nationale du peuple azerbaïdjanais et gde masse à Bakou contre la décision du parlement arménien d'annexer le Haut-Karabakh le 9 janvier de la même année.

  Le lendemain de cet événement, qui résultait du chaos et de l'anarchie dans le pays et de l'incompétence politique des personnes au pouvoir, lors d'une conférence de presse à la Représentation permanente de l'Azerbaïdjan à Moscou, le leader national Heydar Aliyev a fermement condamné ce massacre commis à Bakou, a qualifié cette terreur organisée contre la population civile d'action menée contre les droits et les libertés de l’hommes, les valeurs démocratiques.

  Oui, cette tragédie sanglante, qui a eu lieu il y a exactement 31 ans, a uni tout le peuple azerbaïdjanais, quel que soit son âge, sa profession ou sa position politique. Cette union était la protestation contre l’acte de vandalisme qui contreviennent aux toutes les normes politiques, juridiques et humaines, contre le crime militaro-politique commis par les troupes soviétiques qui ont brutalement envahi l'Azerbaïdjan, la méfiance et le sentiment de haine pour l'ancien empire soviétique...

  Les années se sont écoulées, le peuple azerbaïdjanais s'est de nouveau uni, s’est transformé en poing de fer portant un coup au même point. C'était l’union de la joie de la brillante victoire obtenue lors de la Guerre patriotique de 44 jours, de la confiance et sympathie sans borne du peuple pour son État, son armée, son Chef suprême des armées victorieux !

  Pendant exactement 31 ans, chaque année le 20 janvier, des centaines de milliers de personnes viennent à l'Allée des Martyrs, devenue un lieu de pèlerinage sacré, se souviennent avec douleur et amour des martyrs morts pour la liberté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan...

 

AUTRES ARTICLES

  • « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre de Dnipro « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre de Dnipro

     

    Le IVe Festival international du livre de Dnipro (« Dnepr Book Space ») a accueilli une présentation du livre « Leyli et Madjnun » du grand poète azerbaïdjanais Nizami Gandjavi, publié en Ukraine cette année.

     

  • « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre

    À l'occasion du 880e anniversaire du grand poète azerbaïdjanais Nizami Gandjavi, la présentation du livre « Leyli et Madjnun », publié en ukrainien en Ukraine cette année, a eu lieu au Festival international du livre de Kiev (« Kyiv Book Art Fest »).

  • L’œuvre de Nizami Gandjavi sur le portail littéraire géorgien L’œuvre de Nizami Gandjavi sur le portail littéraire géorgien

    Le populaire portail littéraire géorgien « Iverioni » a publié les informations sur le livre « Leyli et Madjnun » et la préface de ce livre. Le livre a été publié en géorgien, à Tbilissi, dans le cadre de l' « Année Nizami Ganjavi » en Azerbaïdjan.