L’histoire sanglante – le génocide de Khodjali

L’histoire sanglante – le génocide de Khodjali

 

« Le génocide de Khodjali, dirigé contre le peuple azerbaïdjanais dans son ensemble, est un acte de sauvagerie dans l'histoire de l'humanité, avec sa cruauté inimaginable et ses méthodes de punition inhumaines. Ce génocide est également un crime historique contre toute l'humanité. »

 Heydar Aliyev

 

« La tragédie de Khodjali était une page sanglante de la politique de génocide et de nettoyage ethnique menée par les nationalistes arméniens contre les peuples turc et azerbaïdjanais pendant des siècles. »

Ilham Aliyev

Président de l'Azerbaïdjan

 

  La tragédie de Khodjali restera à jamais gravée dans les mémoires comme l'acte de génocide le plus horrible commis contre l'humanité dans l'histoire, la page sanglante de tous les temps. Parallèlement au nombre de civils Azerbaïdjanais tués, il s’agit de scènes d’horreur inimaginables de torture de personnes innocentes, d’une Tragédie humaine, dont la cruauté est incomparable même avec les génocides de Khatyn, Lidice, Oradour-sur-Glane.

  Dans la nuit du 25 au 26 février 1992, les canons et les chars du 366e régiment ont tiré sur la ville de Khodjali, l'une des régions les plus pittoresques de l'Azerbaïdjan... Suite aux bombardements, des groupes armés sont entrés dans la ville de trois directions. Bien que les survivants de Khodjali – enfants, femmes et vieillards – se soient rendus dans les forêts en passant par les cols enneigés, certaines personnes, gelées par le froid et épuisées, ont été tuées avec une cruauté particulière par des groupes armés arméniens près du village de Nakhtchivanli, et d'autres - dans la plaine d'Askeran...

  https://mod.gov.az/az/xocali-soyqirimi-411/

 

  Des journalistes locaux et étrangers qui sont arrivés sur le lieu de l’événement par hélicoptère les 28 février et 1er mars, ont été témoins de la scène horrible. Les scalps des cadavres étaient enlevés, leurs oreilles, membres et organes internes étaient coupés, leurs yeux étaient crevés. De nombreuses blessures au couteau et par balle ont été infligées, du matériel lourd ont passé sur des civils, plusieurs personnes ont été brûlées vifs, les têtes des 4 Turcs Meskhètes et des 3 Azerbaïdjanais capturés ont été décapitées sur la tombe arménienne et 2 autres Azerbaïdjanais ont été aveuglés. Au cours de l'enquête, il a été découvert que les Arméniens déchiraient les ventres des femmes enceintes capturées avec un couteau de soldat, jetaient leurs nouveau-nés en pâture à des chiens, bourraient l’intérieur de la femme de cartouches, chat vivant, serpent, grenouille, souris, etc., suturaient leurs blessures et les regardaient mourir dans l'agonie.

  https://az.wikipedia.org/wiki/Xocali_soyqırırmı

 

  Pendant ces jours, les articles des journalistes étrangers sur ces atrocités commises par les Arméniens à Khodjali se sont répandus dans le monde entier...

« Les Arméniens ont attaqué Khodjali. Le monde entier a été témoin des cadavres horribles. » (Journal « La Croix-l’Evénement », Paris, le 25 février 1992)

« Les soldats arméniens ont détruit des milliers de familles. » (Journal « Sunday Times », Londres, le 1er mars 1992) ;

« Les Arméniens ont abattu le groupe se dirigeant vers Agdam. » (Journal « Financial Times », Londres, le 9 mars 1992) ;

« Beaucoup sont devenus horribles, il n’est resté que la tête d’une petite fille. » (« Times », Londres, le 4 mars 1992) ;

« La caméra vidéo a montré des enfants aux oreilles coupées. La moitié du visage d'une femme était coupée, les scalps des hommes étaient enlevés. » (Journal « Izvestia », Moscou, le 4 mars 1992) ;

« Parmi les femmes et les enfants tués à Khodjali, nous avons vu 3 personnes avec des scalps et des ongles enlevés. Ce n'est pas la propagande des Azerbaïdjanais, mais la réalité. » (Journal « Le Monde », Paris, le 14 mars 1992) ;

« Major Leonid Kravets : J'ai personnellement vu une centaine de cadavres sur la colline. Un garçon n'avait pas de tête. On voyait partout des femmes, des enfants et des vieillards tués avec une cruauté particulière. » (Journal « Izvestia », Moscou, le 13 mars 1992) ;

« Les atrocités de Khodjali ne peuvent être justifiées aux yeux de la communauté mondiale. » (Société de télévision britannique « Fant men news ») ...

  https://azerbaijan.az/related-information/113

 

  D'après les documents d'enquête sur l'occupation de Khodjali et les atrocités commises contre la population civile dans la ville :

  « Les principaux criminels du vandalisme commis à Khodjali sont les groupes armés arméniens et le personnel du 366e régiment. Les actions des Arméniens et de leurs complices dans le génocide de Khodjali sont des violations brutales des droits de l'homme, le mépris envers les actes juridiques internationaux – la Convention de Genève, la Déclaration universelle des droits de l'homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Déclaration sur la protection des femmes et des enfants en période d'urgence et de conflit armé. Le 2e bataillon du 366e régiment sous le commandement du major de l’Armée arménienne Ohanyan Seyran Muchegovitch (le futur ministre arménien de la Défense), le 3e bataillon sous le commandement de Ievgueni Nabokikhin, le chef d'état-major du 1er bataillon Chitchian Valeri Issaïevitch et plus de 50 officiers et enseignes arméniens ont participé à cette attaque.

  À la suite du génocide de Khodjali, 613 personnes ont été brutalement tuées, dont 63 enfants, 106 femmes, 70 vieillards.

  8 familles ont été complètement détruites.

  25 enfants ont perdu leurs deux parents, 130 enfants ont perdu l'un de leurs parents, 487 personnes ont été blessées.

 1275 personnes ont été faites prisonnières, 150 personnes sont portées disparues.

  1 ville, 1 localité, 8 villages, 2495 maisons d’habitation, 31 installations industrielles, 15 installations agricoles, 20 établissements d'enseignement, 14 établissements de santé, 56 établissements culturels, 5 centres de communication, ont été détruits. »

  Ces chiffres derrière lesquels se cachent les destins humains, sont le reflet d’une terrible tragédie commise par l'Arménie dans le but d’unir la région autonome du Haut-Karabagh, partie intégrante de l'Azerbaïdjan, à l'Arménie.

  https://ombudsman.az/az/view/pages/163/

AUTRES ARTICLES

  • « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre de Dnipro « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre de Dnipro

     

    Le IVe Festival international du livre de Dnipro (« Dnepr Book Space ») a accueilli une présentation du livre « Leyli et Madjnun » du grand poète azerbaïdjanais Nizami Gandjavi, publié en Ukraine cette année.

     

  • « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre « Leyli et Madjnun » au Festival international du livre

    À l'occasion du 880e anniversaire du grand poète azerbaïdjanais Nizami Gandjavi, la présentation du livre « Leyli et Madjnun », publié en ukrainien en Ukraine cette année, a eu lieu au Festival international du livre de Kiev (« Kyiv Book Art Fest »).

  • L’œuvre de Nizami Gandjavi sur le portail littéraire géorgien L’œuvre de Nizami Gandjavi sur le portail littéraire géorgien

    Le populaire portail littéraire géorgien « Iverioni » a publié les informations sur le livre « Leyli et Madjnun » et la préface de ce livre. Le livre a été publié en géorgien, à Tbilissi, dans le cadre de l' « Année Nizami Ganjavi » en Azerbaïdjan.